Avertir le modérateur

19/10/2017

9 notes de synthèse sur l'apport du vélo pour résoudre nos crises actuelles et à venir

Voici 9 notes qui mettent en perspective pourquoi le vélo est encore plus indispensable que ce que l'on pensait jusqu'à maintenant pour améliorer la résilience de nos villes et de nos territoires.


 

 

 

 

  

Numéro et titre de la fiche

1 -Vélo et risques planétaires majeurs : les tempêtes solaires

Résumé

Le soleil émet des jets de sa matière qui partent dans l'espace et atteignent parfois la terre. Il est possible qu'un de ces jets soit, un jour, si intense qu'il détruise nos systèmes électriques et électroniques. Ce jour là ne nous resteraient pour survivre que la marche, le vélo, les potagers, les réserves d'eau de proximité, la nourriture non périssable et la nourriture vivrière du moment.

Les faits

Conséquences des tempêtes solaires :

« Les fluctuations du champ magnétique peuvent induire des courants d'intensité considérable pouvant excéder les seuils de sécurité des équipements de réseau ». Ces champs n'ont pas d'effets sur les vivants.

 "Le 23 juillet 2014, la Nasa rédige un communiqué dans lequel elle évoque le fait que la Terre a échappé le 23 juillet 2012, à une "Gigantesque tempête solaire". Si elle avait eu lieu une semaine auparavant, elle aurait atteint la terre et aurait pu "renvoyer la civilisation contemporaine au XVIIIème siècle", du fait que son impact aurait provoqué des dégâts d'une ampleur inédite »

Les problèmes

- Certaines autorités sont conscientes du problème, très peu de mesures conservatoires ont été prises, une météorologie spatiale a été mise en place depuis les années 2000 et est utilisée pour protéger les vols des avions. Entre l'alerte et l'impact ne s'écoulent que quelques heures.

Solutions

-Si on prend en compte la possibilité d'un effondrement complet des systèmes électriques et électroniques, il faudrait mettre en place une société résiliente à une panne de courant généralisée et de très longue durée.

-Vivre tout de suite avec les avantages de la modernité électrique tout en ayant fait tout ce qu'il faut pour affronter instantanément la perte de tout ce qui dépend de l'électricité et de l'électronique et donc tous nos systèmes de communication et de transport, sachant que ne nous resterait alors, pratiquement, que le vélo comme moyen de transport plus efficace que la marche.

-Susciter une production alimentaire de proximité avec stockage de nourriture de précaution et gestion de ces stocks et rendre obligatoire la constitution de systèmes de stockage d'eau de pluie au niveau de toutes les habitations.

-Faire des exercices de simulation au niveau des unités territoriales pertinentes, c'est à dire généralement à l'échelle d'une agglomération. Sur le modèle des « semaines sans écrans », il faudrait des « semaines sans courant ».

Considérer que ces tempêtes nous obligent à accélérer le passage vers des sociétés durables et ayant réalisé la transition énergétique.

Sources

Wikipedia : éruption solaire

Rapport du groupe Scor :http://veloetpotager.20minutes-blogs.fr/media/02/00/3484986770.pdf

Note sur le blog Vélo et potager : http://veloetpotager.20minutes-blogs.fr/archive/2015/04/0...

 

 

Numéro et titre de la fiche

2 – Vélo, potager, relocalisation de l'agriculture et effondrement civilisationnel.

Résumé

Beaucoup s'interrogent sur le risque d'un effondrement du monde actuel. Une réflexion sur le vélo, son moteur à bio-carburant, le muscle, et son carburant, l'alimentation produite par l'agriculture, permettent d'entrevoir des solutions pour sortir de ces interrogations.

Les faits

Selon certains historiens l'effondrement des civilisations serait dû à l'augmentation de la quantité d'énergie nécessaire pour produire de l'énergie utile, ce que l'on appelle le TRE ou Taux de Retour Energétique.

Par exemple, à Rome le tre du blé était de 12, il fallait 1 unité d'énergie humaine et animale pour produire 12 unités d'énergie alimentaire, et il a progressivement chuté à cause de la baisse de la fertilité des sols. Il en est allé de même pour les Mayas et les Khmers.

Les problèmes

Le tre du pétrole est passé de 100 (jusqu'en 1940) à 8 en moyenne actuellement et on sait que cela va continuer à se dégrader.

Par tranche de 20 kilomètres un cycliste moyen a besoin de 100 watts-heures (wh) à 20 km/h. Avec un rendement musculaire de 25% il lui faut donc 400 wh d'alimentation, 75% étant perdus en chaleur.

Le système agroalimentaire actuel a un TRE négatif de -10, il consomme 10 fois plus d'énergie qu'il n'en produit, situation unique dans l'histoire de l'humanité, et très dangereuse, elle s'est progressivement constituée en une cinquantaine d'années. Il faut donc 4000wh d'alimentation agro-industrielle pour faire 20km , et pour faire 100 km il faut 20000wh = 20kwh, soit sensiblement l'équivalent de 2 litres d'essence aux 100 km. Le piéton a un rendement 4 fois moindre ce qui donne 8 litres aux 100.

Si on mange des aliments de proximité on divise par plus de 10 ces chiffres, ce qui donne moins de 0,2 litre aux 100 km pour le vélo et moins de 0,8 litres aux 100 pour le piéton. Cette énergie résiduelle peut facilement être renouvelable.

Ce faisant on remet en place un système agricole produisant plus d'énergie qu'il n'en consomme, on retrouve un tre agricole compatible avec une société durable.

Solutions

Pour éviter l'effondrement de notre civilisation et lui faire retrouver un tre permettant de durer il faudrait:

1 Promouvoir la nourriture de proximité (qui est le biocarburant du moteur du cycliste, c'est à dire ses muscles). Le tre alimentaire est alors amélioré d'un facteur supérieur à 10.

2 Faire en sorte que tout ce qui peut être fait à vélo soit effectivement fait à vélo, ce qui améliore le tre transports d'un facteur 20 au moins versus la voiture.

La résilience des territoires s'en trouverait alors considérablement augmentée.

Sources

Taux de retour énergétique: Wikipedia

«The Upside of Down»: Thomas Homer-Dixon

«L'effondrement des sociétés complexes»:Joseph Tainter

«Effondrement»:Jared Diamond

«Les 5 stades de l'effondrement»:Dmitri Orlov

«Energies et agriculture»:Jean-Luc Bochu

« Responsabilité citoyenne et respect de la vie : les passages obligés de lasécuritéalimentaire ». Les cahiers du 27 juin. Volume 1, numéro 1. Frédéric Paré. 2003.

 

 

 

 

Numéro et titre de la fiche

3-Le vélo, le potager et le réchauffement climatique.

Résumé

Le plancton, sur des milliards d'années, a pris le CO2 de l'atmosphère pour en faire du pétrole et du gaz, tout en refroidissant la terre (cf tableau au verso). Le monde actuel fait le chemin inverse en remettant ce CO2 dans l'atmosphère par une utilisation inconsidérée du pétrole et de gaz.

Les faits

Le plancton a consommé le CO2 de l'atmosphère primitive, ce qui a fait baisser la température de la terre tout en y introduisant l'oxygène nécessaire aux vivants complexes.

Si la terre était un pamplemousse l'atmosphère dans laquelle peuvent vivre des vivants complexes comme l'homme aurait une épaisseur d'environ 1 centième de millimètre à la surface de ce pamplemousse. La composition de l'atmosphère compatible avec la vie des humains connait des contraintes physico-chimiques très précises de composition de l'atmosphère et de température.

Les problèmes

Les activités humaines font actuellement le travail inverse de ce que fit la « nature » et cela correspond chaque année à 1 million d'années de travail du plancton. Nous retournons à l'atmosphère primitive qui avait une température de l'ordre de la centaine de degrés en raison de sa teneur en CO2, incompatible avec la survie des humains. Tout cela pour faire 30 kilomètres par jour en 1 heure avec nos voitures à pétrole qui génèrent en même temps une atmosphère dangereuse pour la santé, pour manger une nourriture discutable qui consomme 10 fois plus d'énergie fossile qu'elle ne donne d'énergie renouvelable en provenance de la photosynthèse actuelle, et pour chauffer des bâtiments que l'on sait parfaitement rendre habitables de manière passive ou consommant très peu d'énergie.

Solutions

- Amener les Français à effectuer tous les déplacements qui peuvent l'être avec leurs muscles, c'est à dire remplacer la moitié des déplacements motorisés actuels par des déplacements utilisant les muscles. Pour cela créer des infrastructures séduisantes et sûres pour les cyclistes, y compris les enfants et les cyclistes inexpérimentés.

  • Miser sur la production d’une alimentation peu carnée et de proximité. Inciter à l’auto-production (jardins privés, jardins familiaux); sur 50 mètres carrés, on peut produire 300 kilogrammes de fruits et légumes par an avec 250 heures de travail faciles à prendre sur les 4 heures d'écran que visionnent nos contemporains chaque jour.

  • Renforcer encore le programme d’isolation des habitations.

  • Renforcer les filières de chauffage par biomasse et énergie solaire.

Sources

« Plancton, aux origines du vivant » de Christian Sardet

«Mon petit jardin en permaculture : Durable, esthétique et productif !»

de Joseph Chauffrey

« Aménagements vélo, recueil de fiches novembre 2016 »

Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Atmosphère primitive

Atmosphère actuelle

H2O

80,00%

traces

CO2

15,00%

0,03%

N2

5,00%

78,00%

O2

0,00%

21,00%

Température

100 degrés et plus

15 degrés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Numéro et titre de la fiche

4 -Vélo et augmentation de l' intelligence et de la bonne humeur.

Résumé

Les français consomment beaucoup de médicaments psychotropes. Un grand nombre d'entre eux sont pessimistes. Les transports actifs intégrés au quotidien sont un outil puissant pour lutter contre ces fléaux autant par l'activité physique que par les échange sociaux qu'ils génèrent, par ailleurs ils obligent à s'éloigner des écrans, pour un temps.

Les faits

1 français sur 4 consomme des médicaments psychotropes. 67% des français pensent que leur pays est en déclin, 2/3 des adolescents n'atteignent pas les niveaux d'activité physique recommandés, 75% des français de 18 à 65 ans n'atteignent pas les 10 000 pas par jour recommandés pour optimiser sa santé. Plus personne ne conteste la baisse du niveau scolaire. L'activité physique est nécessaire à un bon fonctionnement du cerveau, elle induit la formation de nouveaux neurones et fait sécréter des neuromédiateurs qui sont comme les « fortifiants » du cerveau, que le cerveau fabrique pour lui même s'il perçoit que le corps bouge.

La sédentarité expliquerait 1/3 de l'absentéisme au travail.

Les problèmes

Le temps passé devant les écrans n'a cessé d'augmenter. Les smartphones permettent de rester sur un écran même pendant les temps de transport pourvu que l'on ne conduise pas. Puis quand on arrive au travail, quand on va suivre des enseignements ou quand on rentre à la maison, on se met encore devant des écrans. La nocivité de l'excès d'écran est plus que documentée : voir au verso la quatrième de couverture de « TV lobotomie ».

Solutions

-Organiser les territoires de la république en les rendant séduisants pour les adultes et les jeunes se déplaçant à pied ou à vélo.

- Organiser des «semaines sans écran», au niveau national.

- Viser la prise de conscience par les français que l'activité physique génère de la bonne humeur et qu'elle améliore toutes les fonctions cognitives que sont mémoire, attention, fonctions exécutives et intelligence fluide, si nécessaires pour affronter les défis actuels.

- Faire le maximum pour que les élèves et les étudiants aillent suivre leurs enseignements à pied ou à vélo.

Sources

-3e enquête Irmes pour Assureurs prévention.

-« Bouge ton cerveau » de Wendy Suzuki éditeur Marabout

-« TV lobotomie » de Michel Desmurget éditeur Max Milo

http://franceolympique.com/files/File/actions/sante/colloques/11eme_conference_nationale/These_de_la_session.pdf

 -Aerobic exercise and neurocognitive performance : « a meta-analytic review of randomized controlled trials » ( Patrick J. Smith and coll) in Psychosomatic medicine - March 11, 2010

-« Effects of Physical Activity on Cognitive Functioning in Middle Age: Evidence From the Whitehall II Prospective Cohort Study » ; Archana Singh-Manoux, December 2005, Vol 95, No. 12 | American Journal of Public Health 2252-2258

 

 

 

 

 

Numéro et titre de la fiche

5-Vélo et mourir en bonne santé, la «compression de morbidité».

Résumé

La dernière année de la vie est la plus coûteuse. 80% des dépenses de santé sont dues à la dernière année de vie. L'activité physique, et donc le vélo, réduirait de beaucoup cette phase.

Les faits

L'activité physique diminue beaucoup, statistiquement, la phase de dépendance de la fin de vie. Les physiquement actifs meurent, le plus souvent, brutalement sans passer par le stade de la dépendance, toutes les affections arrivant en même temps d'où le nom de « compression de morbidité ».

Les problèmes

Les maladies les plus fréquentes dans les sociétés modernes sont les maladies cardio-vasculaires, les cancers, l'obésité et le diabète, les maladies du système nerveux, les maladies de l'appareil ostéo-articulaire, les maladies infectieuses . Toutes ces pathologies verraient leur nombre diminuer de beaucoup avec de l'activité physique intégrée au quotidien en attendant un effondrement brutal et bref, ce qui signifierait beaucoup moins de souffrances humaines, et aussi moins de dépenses pour la santé .

De nombreuses études montrent qu'il est de 5 à 20 fois plus dangereux de ne pas faire de vélo que de faire du vélo. Il est également bien établi que plus il y a de vélo moins il y a d'accidents (voir courbe des kilomètres parcourus par les cyclistes et du nombre de tués par an qui montre que plus il y a de vélos moins il y a d'accidents ).

Solutions

Transformer les temps de transport en temps de sport et donc faire des rues et des routes des espaces séduisants pour le cycliste et pour le piéton.

Source

« Sport et vie » hors série numéro 46

-Dr Luc Perino, Le Monde 01 07 2010

« Les bénéfices et les risques de la pratique du vélo - Evaluation en Île-de-France » de Corine Praznoczy

 

 

 

 

 

 

 

 

Numéro et titre de la fiche

6-Vélo et Plan de relance.

Résumé

Les entreprises, l'état, les universités n'ont engagé aucun programme dans le domaine des solutions techniques qui amélioreraient l'attractivité et les performances des systèmes de transport dans lesquels l'activité physique contribue pour tout ou partie au déplacement des véhicules et des personnes.

Les faits

 

-Aux Pays-bas existent des véloroutes protégées du vent par des structures adaptées

-Les constructeurs automobiles ont su développer des véhicules hybrides, thermiques et électriques.

-Il existe des routes expérimentales transmettant le courant électrique à un véhicule électrique en mouvement, mais aucune expérience de ce type n'existe pour les vélos électriques, alors que les puissances en jeu sont 100 fois plus faibles et que le nombre de personne à transporter est plus important puisque plus de 50% des déplacements motorisés actuels devraient être réalisés à vélo, fut il assisté, d'une manière ou d'une autre.

-Il existe un vélo à assistance thermique dépollué tant du point de vue atmosphérique que sonore, il s'agit de l'Hector delta, il consomme 0,5l. aux 100 kilomètres et ne fait presqu'aucun bruit.

Les problèmes

Ces champs à explorer ne le sont pas du tout chez nous.

Solutions

- Réaliser 3 prototypes de pistes cyclables : 1 protégée du vent, 2 protégée du vent de la pluie et du soleil, 3 un « vélovent », il s'agit d'un tube dans lequel on souffle de l'air à 20km/h, une sorte d'hyperloop pour cyclistes.

- Réaliser un prototype de chaine cinématique identique à celle de la Prius de Toyota, mais pour les vélos. C'est un brevet américains de 1974 tombé dans le domaine public. Le moteur thermique serait remplacé par les jambes du cycliste. Cela donnerait un changement de vitesse continu avec possibilité de position fixie ou monovitesse,

la récupération d'énergie, la possibilité d'asservir la force à exercer sur les pédales à la fréquence cardiaque, une assistance électrique nécessitant moins de batterie et un « home trainer » qui rechargerait les batteries pendant que l'on fait son exercice à la maison.

- Réaliser une expérimentation de transmission d'électricité à un vélo électrique en mouvement comme Renault vient de le réaliser dans le cadre du projet européen Fabric avec des puissances 100 fois plus importantes que ce qui serait nécessaire pour un vélo.

- Aider Hector delta à achever son projet et l'aider à passer à la phase industrielle

Sources

-http://www.rtflash.fr/velovent-systeme-transport-visionnaire-pour-agglomerations-urbaines/article

-http://prius.ecrostech.com/original/PriusFrames.htm

-Projet européen Fabric : « Feasibility analysis and development of on-road charging solutions for future electric vehicles »

-http://hectordelta.com

 

 

 

 

 

 

 

Numéro et titre de la fiche

7-Vélo et les 10 000 pas à faire chaque jour.

Résumé

Les trois quarts de nos populations n'atteignent pas l'objectif de faire chaque jour les 10 000 pas nécessaires pour « optimiser » sa santé.

Mais si on transforme les temps de transport en temps de sport, l'objectif peut être atteint.

Les faits

Lorsqu'on travaille et que l'on a une famille, il est difficile d'ajouter à l'agenda les 10 000 pas qu'il faudrait faire chaque jour. Ils représentent 7,5 kilomètres et 1h30 de marche. Le vélo peut quadrupler l'efficacité

de la marche et peut donc permettre de faire 30 kilomètres en 1h30, au besoin avec un soupçon d'assistance grâce aux vélos électriques.

Il s'avère que c'est la distance moyenne parcourue en 1 heure par les

30 millions de voitures particulières du parc automobile français.

Les problèmes

-Les infrastructures ne sont perçues ni comme séduisantes ni comme sûres.

-La majorité des français n'a ni la force musculaire ni l'aisance suffisante pour remplacer ses déplacements en voiture par des déplacements «actif».

- Nous ne sommes pas encore arrivé dans la zone où une masse critique de personnes se déplaçant en transport actif pourrait, par imitation, entrainer une majorité de nos contemporains à faire de même.

Solutions

- Expliquer que remplacer ses déplacements en voiture pas des déplacements à vélo fait économiser beaucoup d'argent. Le budget moyen réel d'une automobile est de 5000 euros par an.

- Expliquer que les gaz qui sortent des pots d'échappement sont extrêmement toxiques et causent : maladies cardiaques, accidents vasculaires, bronchites, cancers du poumon, broncho-alvélolites chez les tout petits, allergies du nez et asthme.

- Expliquer qu'un vélo use la chaussée 10 000 fois moins qu'un voiture et 100 millions de fois moins qu'un camion ou un bus, ce qui ferait faire de grosses économies aux collectivités.

-Expliquer que ne pas émettre de gaz à effet de serre et ne pas obliger son pays à acheter du pétrole est une source de satisfactions personnelles.

Sources

Wikipedia https://en.wikipedia.org/wiki/AASHO_Road_Test

http://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/a...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Numéro et titre de la fiche

8 – Vélo et circuit d'acquisition de puissance musculaire .

Résumé

Lorsqu'un personne sédentaire souhaite remuscler son corps à vélo, elle ne dispose pas de parcours sans voiture, sur lequel elle puisse petit à petit, en toute tranquillité et sécurité, retrouver une force musculaire et une aisance suffisante pour ensuite pouvoir assurer ses déplacements par ce moyen de transport

Les faits

Nous avons 50% de la population en surpoids dont 15% qui est obèse. 700 000 personnes ont subi une chirurgie bariatrique (de l'obésité) en France pour cette raison, avec toutes les complications et les dépenses que cela peut supposer.

Lorsqu'on a une activité physique modérée on perd 30 à 40 grammes de poids par heure et il est idéal de le faire pendant 90 à 180 minutes en une seule fois tous les jours.

Le jeunes ont perdu 15% de capacité en endurance.

Un beaucoup trop grand nombre de nos contemporains ont une puissance musculaire de l'ordre de 1 watt/kilogramme, soit la puissance d'un insuffisant cardiaque. Avec 90 minutes d'entrainement tous les deux jours

on double la puissance musculaire en 3 mois. La puissance est alors suffisante se déplacer efficacement et sans déplaisir à vélo.

Les problèmes

Dans le monde actuel manquent les occasions de pouvoir réaliser cet objectif. Les villes n'ont pas ou rarement de circuit sur lequel des sédentaires en surpoids pourraient avoir cette activité dans la durée, en sécurité et sans cohabiter avec des voitures.

Solutions

-L'activité physique devrait pouvoir se faire à vélo ou en « trike » (tricycle perfectionné), en toute sécurité, sur un circuit dédié et sans voiture.

-Les villes devraient se doter de circuits fermés pour les vélos et les tricycles.

-Il existe des trikes adaptés pour les obèses sur lesquels ils n'ont pas à gérer la stabilité.

-Dès qu'il y aurait début de prise de poids ces circuits offriraient une solution physiologique et très peu couteuse.

- En 3 mois à raison de 75 minutes de vélo tous les deux jours, un sédentaire double sa puissance musculaire et perd 1,5 kilogrammes. Si ensuite il assure tous ses trajets ainsi il pourra perdre de manière saine et durable 10 kilogrammes par an tout en dépolluant la planète.

Sources

Londres 2012 - Visite du Parc Olympique (Stratford)

http://afcos.forumactif.com/t497-londres-2012-visite-du-parc-olympique-stratford

Lee Valley VeloPark

http://www.visitlondon.com/fr/que-faire-a-londres/endroit/9356761-lee-valley-velopark#YmMWPrjqOW2h4ti6.99

 

 

 

 

 

 

 

 

Numéro et titre de la fiche

9-Vélo, loi de finance et fiscalité.

Résumé

Il manque, pour que se développe le vélo, un contingent d'argent dédié exclusivement au développement des infrastructures cyclables.

Les faits

Il n'existe pas de Fond d'Action Vélo en France sur le mode de ce qui existe pour les transports en commun avec le versement transport.

Les problèmes

Trop souvent les infrastructures cyclables sont réalisées avec des petits moyens, voire même sont oubliées pour des raisons d'économie.

Solutions

Création d’un fonds d’action vélo

On compte qu'à partir de 10 euro par an par habitant on peut envisager obtenir des résultats, à terme, du même type que ce que l'on observe aux Pays-bas ou au Danemark. Il faut compter, pour une bonne maintenance d'une véloroute, 5 % de l'investissement et 2 % pour les équipements urbains tous les ans.

Il faudrait donc prévoir un fond d'actions vélo, ventilé entre les différentes institutions (région, département, communes) et piloté par un groupe opérationnel interinstitutionnel très léger, dont la mission interministérielle vélo est une préfiguration et qu'il conviendrait d'étoffer un peu.

 Ces petits investissements vélo, permettraient d'éviter beaucoup de dépenses dans les domaines de la santé, et des infrastructures nécessaires aux engins motorisés tant en investissements qu 'en entretien.

 Ce fond d'action vélo pourrait être alimenté de plusieurs façons :

1ère hypothèse : création d'un versement vélo identique au versement transport dont bénéficient les transports en commun,

2ème hypothèse : octroi d'une part du versement transport pour le fond d'action vélo,

3ème hypothèse : versement d'une petite part de la taxe sur les produits pétroliers,

4ème hypothèse : octroi d'une part du produit des amendes infligées aux automobilistes,

5ème hypothèse : octroi d'une part des amendes en général (infractions de type commercial par exemple),

6ème hypothèse : octroi d'une part des taxes sur les alcools et le tabac,

7ème hypothèse : octroi d'une part des taxes sur les jeux et le PMU.

(Les Britanniques financent 25 % de leur réseau démotorisé - grâce à la loterie nationale)

8ème hypothèse : panachage des hypothèses précédentes.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu